Grandes consultations publiques : notre Mont-Saint-Hilaire 2035

VERS UN PLAN D’URBANISME DURABLE
© Convercité

Conscient de la richesse que constituent les composantes naturelles de son territoire et de l’attachement des citoyens à leur milieu de vie, le conseil municipal de Mont-Saint-Hilaire a envisagé la refonte du Plan d’urbanisme dans une perspective de développement durable.

La Ville a également profité de l’aide financière offerte par la CMM pour planifier l’aire TOD à proximité de la gare de train de banlieue et entamer la plus importante démarche de consultation publique de son histoire : Les grandes consultations publiques Notre Mont-Saint-Hilaire 2035. L’objectif de cette démarche était d’élaborer avec les citoyens un document de planification tout en se conformant au SADR de la MRC. La Ville a favorisé des échanges transparents et impartiaux en retenant les services d’une firme externe pour l’organisation et l’animation des rencontres. Ainsi, 17 soirées de consultations et activités ont été tenues entre juin 2015 et janvier 2017. Ces soirées ont porté sur les orientations, les affectations et la densité du Plan d’urbanisme durable, la planification de l’aire TOD, ainsi que sur les grands investissements et les services de la Ville.

D’autres outils de communication ont été mis en place pour rejoindre le plus d’intervenants possible et faciliter leur participation (ex. : site Internet, cahier du participant). Deux rencontres additionnelles ont également été organisées en collaboration avec les deux écoles secondaires de la ville, permettant aux jeunes de contribuer au processus.

Planifier une aire TOD avec les citoyens

Le processus de participation publique a permis de mettre en lumière certaines préoccupations des citoyens. Au cours de cette démarche, de nombreux participants ont manifesté leur attachement envers un secteur boisé de l’aire TOD. Afin de répondre aux préoccupations soulevées, une caractérisation des arbres de ce site a été réalisée, et le concept d’aménagement de type « Woonerf » a été préconisé. De plus, deux rencontres supplémentaires ont été organisées avec certains résidents concernés par la planification d’un secteur de l’aire TOD afin de s’assurer de l’acceptabilité sociale du projet.

Ce type de démarche peut servir d’exemple à d’autres municipalités désirant planifier l’aménagement et le développement de secteurs particuliers, dont les nombreuses aires TOD situées sur le territoire de la CMM. Au terme de cet exercice, la Ville de Mont-Saint-Hilaire s’inscrit parmi les premières villes à avoir élaboré un Plan d’urbanisme durable (PUD).

CONTACTS

Vincent Poirier, urbaniste

Conseiller professionnel en urbanisme de la ville de Mont-Saint-Hilaire

Bernard Morel, urbaniste

Directeur du service de l’aménagement du territoire et de l’environnement de la ville de Mont-Saint-Hilaire

La planification par bassins versants de Wentworth-Nord

QUAND L’URBANISME RESPECTE LA CAPACITÉ DE L’ÉCOSYSTÈME
© Municipalité de Wentworth-Nord

Lorsque la municipalité de Wentworth-Nord dans les Laurentides a décidé de réviser ses outils d’urbanisme, la population a montré son intérêt pour les aspects environnementaux. En tant que municipalité de villégiature dans un cadre naturel, les lacs font partie intégrante du paysage. La majorité des habitations sont implantées en bord de lac et ont pour beaucoup été construites avant l’entrée en vigueur des réglementations de protection environnementale. Par l’artificialisation du terrain et les activités de loisir, une pression pèse directement sur les lacs. Pour traiter cet enjeu, la municipalité a décidé de rénover ses outils en planifiant autour des bassins versants. Le but étant de mieux contrôler la santé des lacs par rapport aux nuisances humaines créées par les habitations et les activités en bordure de lac.

Vers une planification respectant la logique des écosystèmes

La gestion par bassins versants consiste à appliquer une réglementation particulière par zone centrée autour du lac recevant les eaux de ruissellement du bassin. Cette vision diffère de l’approche habituelle qui centre la planification autour d’un établissement humain (ville, village). La municipalité a donc commencé par inventorier et classifier les lacs majeurs sur son territoire selon l’état de santé de chacun. En suivant cette catégorisation, une densité maximale a été établie de façon à protéger les lacs sensibles. Selon la municipalité, aucune étude n’a établi la densité d’habitation à préconiser selon l’état trophique d’un lac. Pour pallier le problème et planifier de façon efficace, elle a créé des critères associés à des conditions types de lac, modulés en fonction de l’occupation actuelle. Une fois cet exercice fait, la municipalité a traduit dans son règlement de zonage sa planification par bassins versants en créant un nouvel usage : « habitation-bassin versant ». Pour une petite municipalité ayant un large territoire dédié à la villégiature, où les activités récréatives mettent une certaine pression environnementale sur les plans et cours d’eau, cette façon de planifier le territoire permet de diminuer l’impact du développement humain sur les lacs les plus vulnérables.

Ce projet se démarque par son approche unique proposant de centrer la planification sur les systèmes naturels à protéger plutôt que sur les systèmes humains dont il faut encadrer le développement.

CONTACT

Emmanuel Farmer, urbaniste
Directeur du service de l’urbanisme de la municipalité de Wentworth-Nord

Espace collectif marina Saint-Roch à Québec

UN PROCESSUS PARTICIPATIF ET CRÉATIF POUR L’AMÉNAGEMENT D’UN ESPACE PUBLIC
© La Pépinière | Espaces collectifs, 2017.

L’aménagement de l’espace collectif sur le site de la Marina Saint-Roch à Québec est un projet qui encourage l’appropriation des espaces riverains du cœur de ville par la communauté locale. Grâce à la diversification des activités proposées sur le site et par l’entremise d’aménagements transitoires et d’ateliers, le projet a permis la revitalisation de la Marina. Ainsi, un nouveau pôle de dynamisme communautaire a été créé dans le quartier.

L’appropriation des berges en milieu urbain par un processus participatif

La popularité et l’appropriation importante de l’espace collectif par la population sont en grande partie dues au processus participatif ambitieux mis en place. Cette initiative avait pour objectif de permettre la collaboration entre les divers acteurs locaux et d’encourager une séance de remue-méninges communautaire sur les futurs aménagements de la Marina. Au travers d’ateliers de codesign, d’ateliers de consultations citoyennes et d’un appel à projets, il a été possible d’aménager un espace public et communautaire enraciné dans son environnement. Le projet est le fruit de la collaboration de plusieurs partenaires, soit principalement  La Société de la rivière Saint-Charles et la Ville de Québec. Deux stratégies ont permis au processus participatif d’obtenir un rayonnement important et un vaste intérêt des acteurs locaux. D’une part, une équipe composée d’une coordonnatrice communautaire et d’un agent de site est allée à la rencontre des acteurs du quartier, afin de discuter de leurs attentes et besoins concernant l’aménagement de la marina. Cette équipe se chargeait quasi quotidiennement d’établir des liens directs avec les usagers et d’encourager l’implication des organismes dans les activités de conception. La deuxième stratégie utilisée fut le lancement d’un appel à projets. Cinq équipes d’artistes, de designers et d’architectes du quartier ont alors été sélectionnées pour concevoir cinq installations originales qui verraient le jour sur le site de l’espace collectif.

Créateur de sentiments d’appartenance et lieu de partage et de socialisation, l’espace collectif de la Marina Saint-Roch est une expérimentation qui a su valider une méthodologie de travail ambitieuse. Le déploiement de cette stratégie de participation a contribué au succès de la première édition de l’espace collectif et représente également la méthodologie à prendre en exemple pour assurer le succès des éditions suivantes.

CONTACT
Jean-Philippe Simard, urbaniste
Responsable du développement, de la création et de la médiation La Pépinière | Espaces collectifs

Projet Arpent vert et Réglementation sur les terrains vacants à Montréal

AIDER LA VILLE ET LES CITOYENS À CULTIVER ET À DONNER UNE ÂME AUX ESPACES VACANTS
© Lande, 2016.

Lande est un collectif qui vise à aider les communautés à faire des espaces vacants des espaces de vie, de renouveau et d’amélioration de l’environnement urbain. À l’échelle de chaque projet, Lande est là pour aider les citoyens à surmonter chaque obstacle administratif et logistique.

La première action de l’OBNL a été la mise place d’une plateforme Internet participative permettant aux Montréalais de localiser les terrains vacants. Plus d’une centaine de terrains ont ainsi été recensés. Cette collecte d’informations a permis de sensibiliser le grand public et les élus au grand nombre d’espaces vacants sur le territoire et permet de démontrer le potentiel du projet de réhabilitation, sa portée écologique, économique et sociale pour l’ensemble de la ville.

L’action conduite à travers la réglementation et le projet

Lande a proposé à la Ville de Montréal une marche à suivre pour l’aménagement ou l’animation des terrains municipaux vacants. Ce règlement sur les terrains publics vacants se base sur l’idée fondatrice de Lande selon laquelle les citoyens doivent pouvoir se réapproprier les espaces vacants. L’intérêt est triple : l’espace perdu peut être valorisé, les aménagements sont une réponse adaptée aux besoins du quartier et de sa population et cette démarche collective participe à la création de communautés vivantes, inclusives et solidaires. Les points clés du règlement sont la désignation dans les équipes municipales d’un interlocuteur pour les citoyens sur les questions de réappropriation des terrains vacants; la mise en place d’un projet pilote et, comme but final, la rédaction d’un règlement-cadre pour l’intervention dans les terrains publics vacants.

À une échelle plus locale, Lande intervient comme facilitateur et accompagnateur des initiatives de quartier, comme pour le projet Arpent Vert, dans l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Un terrain vacant, renommé Arpent Vert par le collectif citoyen qui l’a réinvesti, est désormais un site d’agriculture urbaine. Grâce à l’obtention d’un permis d’occupation et à l’octroi de subventions, le terrain a pu être nettoyé, réaménagé avec un mobilier temporaire et des plantations. Le site est désormais porté par un groupe ouvert de citoyens engagés. Le groupe s’agrandit par une présence active sur les réseaux sociaux, où les habitants du quartier peuvent échanger de l’information.

CONTACT

Maude Ladouceur, urbaniste

Norme 3019-190 sur l’aménagement des aires de stationnement

UNE PREMIÈRE NORME OFFICIELLE AU QUÉBEC EN MATIÈRE D’URBANISME

© G. Laliberté, photo du guide, 2015.

© G. Laliberté, photo du guide, 2015.

La norme 3019-190 a été adoptée en 2013 par le Bureau de normalisation du Québec afin de lutter contre les îlots de chaleur en milieu urbain par une meilleure conception des aires de stationnement. Il s’agit de la première norme d’un organisme de normalisation accrédité concernant les stationnements « verts » au Québec. Comme les stationnements verts sont un concept relativement récent au Québec et qu’il existe peu de données précises sur ce sujet, cette norme prend plutôt la forme d’un guide des meilleures pratiques. Il a été élaboré grâce à la participation de différents acteurs représentant trois différents groupes d’intérêt : les fournisseurs de produits et services (Association des paysagistes professionnels du Québec, pépiniéristes, etc.), les utilisateurs et gestionnaires (municipalités, Société Parc-Auto du Québec, etc.) et, finalement, l’intérêt général et les experts (Ouranos, École d’architecture de paysage de l’UdeM, etc.). Les grands principes de conception mis de l’avant par ce guide sont :

  • la réduction de la superficie de l’aire de stationnement;
  • le verdissement des aires de stationnement;
  • la gestion des eaux de pluie sur le site;
  • l’utilisation de surfaces avec une réflectance solaire élevée ou une forte perméabilité.

Un outil voué aux concepteurs et aux municipalités

Cette norme  permet aux concepteurs de mieux défendre auprès des chargés de projet le choix d’intégrer des éléments de design visant à réduire les effets des îlots de chaleur. Elle offre un cadre de travail aux municipalités qui souhaitent modifier leur réglementation afin de mieux gérer la construction de stationnements sur leur territoire.

La participation bénévole des représentants des différents groupes d’intérêt ainsi qu’un soutien financier de diverses organisations (Ville de Montréal, Fonds vert du gouvernement du Québec, MAMOT, Ouranos et Ressources naturelles Canada) ont permis de rendre la norme disponible gratuitement. La gratuité du guide est spécifiquement attribuée à la Ville de Montréal et au Fonds vert, et vise à faciliter sa diffusion et, par conséquent, à augmenter la présence de stationnements intégrant des mesures de mitigation des îlots de chaleur. Par ailleurs, compte tenu des données limitées sur les stationnements verts en contexte québécois, une plus grande application de ce type de conception permettrait de collecter des données empiriques afin d’améliorer les connaissances sur le sujet.

CONTACT
Paul Gardon, ing.
Bureau de normalisation du Québec