Plan directeur du centre-ville de Dieppe

Couverture du guide d’aménagement du centre-ville de Dieppe. Photo: Atelier Urbain

L’élaboration du Guide d’aménagement du centre-ville de Dieppe a débuté en janvier 2018 et découle du souhait de la Ville de proposer des actions concrètes pour le réaménagement du centre-ville. S’inscrivant dans la démarche consultative auprès des citoyens entamée en 2016, le projet poursuit le travail amorcé en proposant des actions concrètes pour le réaménagement du secteur. Ces actions viseront à améliorer la qualité du milieu, l’image du secteur et à renforcer l’attractivité du centre-ville. Cette période d’évolution du centre-ville est également l’occasion d’en assurer sa vitalité dans une perspective de développement durable.

Une rencontre de co-design avec les services municipaux et les parties prenantes ont permis de valider certaines observations ainsi que d’entamer une réflexion sur le réaménagement du secteur. La vision retenue oriente les aménagements vers la priorisation des déplacements actifs et la réduction de l’espace dédié à l’automobile. De là, le Guide d’aménagement du centre-ville propose des concepts d’aménagement incitant à la discussion et visant à aider la ville dans sa prise de décision en matière d’aménagement dans ses projets futurs.

Les propositions d’aménagement retenues s’articulent autour du réaménagement de deux boulevards urbains afin de reconnecter les secteurs avoisinants. Pour rendre le centre-ville plus sécuritaire et attractif pour les citoyens, deux rues seront prolongées afin que le transit automobile contourne le secteur.

Le réaménagement des espaces publics existants est l’une des priorités d’aménagement du Guide. L’agrandissement du marché public et la mise en valeur de la Place 1604 constituent, en plus de la densification de certains sites potentiels, des interventions structurantes contribuant à l’animation du centre-ville. Ce réaménagement de l’espace public existant permettra d’offrir un cadre de vie attrayant pour les citoyens en plus d’être bénéfique à l’activité commerciale et à l’ambiance du milieu.

Afin de recréer une identité au lieu, des parcours conviviaux et sécuritaires pour les piétons et cyclistes sont prévus favorisant ainsi les déplacements actifs. Également, les propositions du Guide sont complétées par des notions de verdissement et de gestion de l’eau à même les aménagements, que ce soit les rues ou les places publiques.

De façon à être proactif dans la mise en place des différentes propositions, le Guide propose des solutions temporaires en vue d’une pérennisation prochaine. On retrouve notamment l’aménagement de passages piétons ludiques représentant le patrimoine local au moyen d’un marquage au sol. Ainsi, dès l’été 2019, certaines interventions tactiques proposées dans le Guide d’aménagement seront mises en place.

Urbaniste impliqué

Stéphanie Durocher, no. 1588

Organisation ayant monté le projet

Atelier Urbain

5842, rue Saint-Hubert

Montréal, Québec H2S 2L7

Canada

Carte

Partenaires

André Frenette, ville de Dieppe

Documentation déposée

Guide d’aménagement du centre-ville de Dieppe

Photos

Première enquête sur le covoiturage à l’échelle provinciale dans une perspective d’améliorer la mobilité durable

Lancement de l’enquête sur le covoiturage. Image: OuiHop

Au Québec, il y a 25 millions de sièges inutilisés dans les déplacements automobiles. Les autoroutes et les transports collectifs en milieux urbains sont surchargés. En milieu suburbain, le covoiturage peut aussi être une solution avantageuse et simple alors que l’offre en transport collectif peut être déficiente.

Afin de pallier cette problématique en mobilité, une enquête sur le covoiturage a été réalisée avec ELEMENTS Planification Urbaine plus 8 autres organisations bénévoles œuvrant à la promotion d’une mobilité durable. Ce partenariat a été coordonné par un des opérateurs en covoiturage, OuiHop’. Les objectifs de cette enquête à l’échelle provinciale visaient : à connaitre les motivations et les réticences à ce mode de transport ainsi qu’à faire connaître son potentiel en tant qu’une alternative au véhicule utilisé en solo. L’étude se déroula du 1er juin au 26 août 2018 via une diffusion sur les médias sociaux et le web. Près de 2 000 participants représentatifs à travers le Québec ont répondu à une cinquantaine de questions liées au covoiturage.

ELEMENTS Planification Urbaine a participé activement à toutes les étapes, depuis l’élaboration des questions dès le printemps 2018, à la diffusion du questionnaire à la conférence MOVIN’ON 2018 jusqu’au document de présentation servant au dévoilement des résultats le 25 septembre 2018 au Forum URBA à l’UQAM. L’expertise urbanistique a consisté en l’ajout de questions précises notamment sur la signalisation des lieux de covoiturage, sur les zones à desservir, la sécurité des usagers et les connexions multimodales.

Lors de la présentation des résultats, il a été démontré, entre autres, que la majorité des répondants ont un intérêt pour cette pratique même si les services offerts sont à connaître mieux et à signaler sur le territoire. De plus, les avantages suivants ont été reconnus : protection de l’environnement, accès aux voies et stationnement réservés et économies monétaires.

Résultats

Les résultats recueillis permettront de guider les actions futures des autorités de transport et des municipalités autant urbaines que rurales :

À court terme : 

1) Tester et mettre en place des incitatifs modulables sur des itinéraires choisis et financés par les municipalités et les autorités de transport ;

Réaliser des enquêtes localement pour informer et adapter le service aux besoins ;

2) Étudier des solutions de points de rencontre sur rue ;

À moyen terme :

1) Aider à créer des outils numériques (mobilité intégrée, preuve de covoiturage, etc.) ;

2) Déployer des stationnements et des voies réservées ;

3) Défiscaliser certains incitatifs au covoiturage.

Mise en place des initiatives

Cette première enquête nationale sur le covoiturage a permis d’identifier qui a de l’intérêt et comment ce mode de transport complémentaire au transport collectif pourrait se développer sur les territoires des municipalités. Les trajets quotidiens et de courte durée ont été ciblés. L’enquête a révélé entre autres le grand intérêt du public à utiliser ce mode ( 81 %) mais aussi qu’ils ne savaient pas comment l’utiliser (48% pour les horaires; 13% pour identifier les covoitureurs). L’autre aspect marquant est le besoin qu’il y ait un point de covoiturage identifié à 83 % des répondants (73% près des stations de transport collectif et 15 % des zones commerciales).

Dans un second temps, les actions innovatrices en découlant visent à organiser le service de covoiturage sous une forme similaire à un réseau de transport collectif en réfléchissant aux lieux/aux trajets, en le rendant concret pour les usagers par la signalisation et en l’intégrant aux plateformes de transport selon l’exemple de Vianavigo.

Cette enquête peut être adaptée et reproduite aux échelles des municipalités. La diffusion et la mise en place d’un service covoiturage a un impact environnemental positif en permettant de compléter et en complémentarité du réseau de transport collectif et en accroissant l’offre d’une mobilité durable au lieu de l’automobile en solo. La desserte par une ligne d’autobus exige un minimum de 250 passagers par jour et ce minimum n’est pas atteint dans tous les secteurs urbains. C’est un mode économique de transport. La pratique du covoiturage à plus grande échelle a aussi un objectif de réduire la congestion routière en utilisant les sièges déjà disponibles. Des projets pilotes sont annoncés et seront dévoilés prochainement. Notamment, c’est le cas pour les travaux d’infrastructures routières majeures du tunnel Louis-Hippolyte Lafontaine où le covoiturage fait partie de l’une des 4 mesures d’atténuation en visant une cible de réduction de 15 % (retrait de 250 voitures/heure).

Urbaniste impliqué

Martine Peyton, no. 1089

Organisation ayant mené le projet

ELEMENTS Planification Urbaine

2360 rue Notre-Dame Ouest, Suite 201, Montréal (QC), H3J 1N4

Montréal, Québec H3J 1N4

Canada

Carte

Partenaires

Marine Imbert, OuiHop

Documentation

Enquête sur le covoiturage courte distance au Québec

Photos

Des rues inspirantes – un inventaire pour passer à l’action

Des rues inspirantes. Photo: Centre d’écologie urbaine de Montréal.

Contexte

Les rues offrent plus qu’un seul rôle de mobilité. Elles ont une incidence sur les sphères sociales et environnementales de nos villes. La présence des artères urbaines, du réseau de connectivité entre les modes de transport, le déploiement d’axes de transport actif et les multiples profils des utilisateurs représentent un défi de conception et d’implantation dans les milieux de vie. Différents concepts de partage de la rue, tel que la rue conviviale, sont mis en œuvre dans les municipalités du Québec afin de promouvoir et faciliter le transport actif et collectif.

Le projet

Le CEUM a répertorié des initiatives innovantes de réfection de rues afin d’inspirer les professionnels et décideurs à explorer de nouvelles solutions pour leurs municipalités. Au final, la première version de l’inventaire met en valeur 9 initiatives de rues conviviales menées au Québec. Dans un contexte où le Québec s’est engagé dans la voie de la mobilité durable à l’aide d’une politique audacieuse et où des centaines de kilomètres d’infrastructures sont à rénover dans les municipalités québécoises, l’inventaire proposé permettra d’inspirer des décideurs et professionnels de partout au Québec. Cet inventaire de rues conviviales est un outil destiné au grand public, aux professionnels et aux décideurs qui s’intéressent à cette approche. Il permet d’en apprendre sur l’application de ces principes d’aménagement dans divers contextes urbains et suburbains à partir de projets réalisés ou en cours. Il sert également à diffuser et à mettre en valeur des projets assurant la sécurité et le confort des usagers de la route.

LE CEUM travaille à une deuxième édition incluant une dizaine de projets de rues conviviales supplémentaires. Cet inventaire sera lancé à l’automne 2019.

Les objectifs de l’initiative sont de :

  • Rechercher et analyser des exemples de projets de rues inspirantes;
  • Promouvoir le concept des rues conviviales;
  • Démontrer la réalisation de projets de rues conviviales dans le contexte québécois.

Documentation

Présentation du projet

Urbaniste impliqué

Mikael St-Pierre, no. 1660

Organisation ayant mené le projet

Centre d’écologie urbaine de Montréal

3516 avenue du Parc

Montréal, Québec H2X 2H7

Canada

Carte

Partenaires

Peter W. Murphy, conseiller en design urbain à la Ville de Québec

Nancy Smith Lea, director Toronto Centre for Active Transportation

Corridor vert des 5 écoles

Le corridor Vert des 5 écoles. Photo: Ville de Montréal

Le projet

Le Corridor vert des 5 écoles est un portefeuille de projets collectifs qui se déploient depuis 2015-16 et se basant sur les principes de l’urbanisme tactique (le citoyen au cœur de la démarche). Il rassemble plus de 25 partenaires provenant des milieux institutionnel, public, communautaire et privé. Le projet consiste à effectuer des interventions sur l’espace urbain, dans le but d’améliorer la qualité de vie des résidents et des usagers. Depuis 2016, plus d’une trentaine de projets ont été réalisés.

Bien qu’il ne s’étende que sur un demi-km2, le Corridor vert contient 5 écoles, 2 parcs, 1 aréna, 1 bibliothèque et 1 salle de spectacle. Près de 6 000 usagers y transitent chaque jour (le projet fait partie du quartier du nord-est, qui est le cinquième quartier le plus dense au Canada). Les interventions menées transforment le secteur en milieu de vie actif et convivial. Elles le décloisonnent et en font un espace idéal pour l’intégration sociale et le rayonnement de la diversité culturelle.

Les interventions

Au nombre des interventions réalisées et prévues : plantation de végétaux et arbres (secteur avec un grand îlot de chaleur), création d’espaces publics ludiques (rue piétonne depuis 2016, joujouthèque extérieure depuis 2017), implantation d’un marché public, sensibilisation à l’art public (ateliers de médiation culturelle dans les cinq écoles, murales extérieures, habillement des clôtures, « street art », sculptures sur arbres, espace culturel, mobiliers urbains publics, etc.), amélioration des services existants (réaménagement parc, création d’un pôle aquatique, etc.), élimination de clôtures, agriculture urbaine, sécurisation des déplacements, limitation de la circulation automobile et amélioration des pratiques en transport actif. Le tout est possible étant donné l’entente de collaboration que l’arrondissement a signée avec La Société de verdissement du Montréal métropolitain (SOVERDI), Vélo-Québec et les deux commissions scolaires (CSPI et EMSB). Actuellement, plus de dix millions ont été investit (tous les partenaires confondus) au cœur de ce grand projet urbain qui a décroché plusieurs récompenses à travers les années, dont le prix ESTIM 2017 comme projet d’innovation ou de développement (secteur public / parapublic) par la Chambre de commerce de l’Est de Montréal, le prix NOVAE 2018 catégorie Architecture et urbanisme, le Grand prix NOVAE 2018 et la nomination dans la catégorie Corps publics au Gala de reconnaissance en environnement et développement durable 2018.

Urbaniste impliqué

Stéphanie Lavigne, no. 1353

Organisation ayant réalisé le projet

Ville de Montréal | Arrondissement Montréal-Nord

11211, avenue Hébert

Montréal-Nord, Québec H1H 3X5

Canada

Carte

Partenaires

Julie Perreault, architecte paysagiste, SOVERDI

Marie-Claude Robert, architecte paysagiste, consultante SOVERDI

Kethleen Dumont, architecte paysagiste, SOVERDI

Normand Foucault, directeur Services des ressources matérielles, CSPI 

Pascale Beaudry, directrice École Le Carignan

Sébastien Tremblay, directeur École secondaire Henri-Bourassa

Marie-Josée Hamel, directrice École Jules-Verne

Mario Cardin, directeur Services des ressources matérielles

Christina Chilelli, directrice École Gerald McShane

Cathy Vella, coordonnatrice École Gerald McShane

Assunta Caruso, directrice adjointe École Lester B. Pearson

Julie Demers, directrice, Coop Éco-Nord

Hoda Essasi, coordonnatrice, Revitalisation urbaine et intégrée

Steve Boussiki, Montréal-Nord en santé

Marie-Hélène Pâquet, Comité en santé et sécurité alimentaire 

Véronique Ouellet, Smart Reit

Emmanuel Rondia, ILEAU | CRE-Mtl

Antoine Hébert-Maher, Vélo-Québec

Maxim Bragoli, La Pépinière

Violaine Pronovost, Banque TD

Élizabeth-Ann Doyle, directrice générale, MU

Roxane McDonald, directrice, Institut Pacifique

Photos

Lachine-Est : De la mobilisation citoyenne pour un ÉcoQuartier au partenariat Lachine-Strasbourg

Des membres de l'exécutif de l'organisme Imagine Lachine-Est avec Alain Jude, maire adjoint de Strasbourg et Maja Vodanovic, mairesse de Lachine.

Des membres de l’exécutif de l’organisme Imagine Lachine-Est avec Alain Jude, maire adjoint de Strasbourg et Maja Vodanovic, mairesse de Lachine. Photo: Pascale Lefebvre-Ouellet

Quand des citoyens et des spécialistes en urbanisme ont fondé Imagine Lachine-Est en 2015, ils étaient préoccupés par l’avenir d’un des plus grands projets de redéveloppement montréalais : absence de vision tout comme de processus participatif. Après trois ans de mobilisation citoyenne et une élection municipale qui a brassée les cartes, l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) amorçait fin 2018 une consultation sur le projet de Lachine-Est. Il s’agissait d’une démarche historique, réalisée en amont du projet.

La genèse du projet

Afin de contribuer à alimenter la réflexion des citoyens dans cette importante démarche, six organisations communautaires, avec l’appui de l’arrondissement de Lachine, ont jumelé leur effort pour organiser le « Sommet de Lachine-Est ». Ce colloque, présenté sur le thème « L’ÉcoQuartier d’aujourd’hui, la ville de demain » était une initiative d’Imagine Lachine-Est et de la Coalition climat Montréal, réalisé avec la collaboration de Concert’Action-Lachine, du Groupe de recommandations et d’actions pour un meilleur environnement (GRAME), de Revitalisation Saint-Pierre ainsi que de la Corporation de développement économique et communautaire (CDEC) LaSalle-Lachine.

L’événement

Cet événement a rassemblé plus de 200 participants samedi le 9 mars 2019 au Centre culturel Guy-Descary de Lachine. Réunissant une vingtaine de conférenciers, qui ont animé quatre ateliers, l’événement visait à s’inspirer des meilleures pratiques pour le futur développement de Lachine-Est, tout en dressant les bases d’un futur programme d’aménagement « ÉcoQuartier » montréalais. Parmi les conférenciers, soulignons particulièrement M. Alain Jund, adjoint au maire de Strasbourg en charge de l’Urbanisme et de la Transition énergétique ainsi que président de la Commission nationale ÉcoQuartier française et M. Christian Yaccarini, Pdg du projet Technopole Angus. Le séjour de M. Jund a d’ailleurs été maximisé, avec plusieurs rencontres de travail ainsi qu’une conférence donnée à l’UQAM le 11 mars.

Les suites du Sommet

Le partenariat entre la société civile et l’arrondissement de Lachine pour une nouvelle gouvernance et un meilleur processus participatif inclut également la création le 17 janvier 2019 par les groupes communautaires de l’Atelier Lachine-Est.

Puis, le 14 avril 2019, présentation d’une conférence donnée conjointement par Maja Vodanovic, mairesse de Lachine et Jean-François Lefebvre, président d’Imagine Lachine-Est au Centre canadien d’architecture (Conférence A nous les quartiers) : annonce d’un partenariat entre Lachine et Strasbourg pour appuyer la mise en place d’un ÉcoQuartier dans Lachine-Est.

Finalement, la démarche de Lachine-Est a été choisie comme sujet de recherche du Climate Living Lab, une collaboration d’Ouranos et de la ville de Montréal.

Urbaniste impliqué

David Dumoulin, urbaniste-stagiaire

Organisation ayant réalisé le projet

Imagine Lachine-Est

184 rue Saint-Antoine

Lachine, Montréal, Québec, Montréal H8S 1R9

Canada

Carte

Partenaires

Arrondissement de Lachine

Imagine Lachine-Est

Coalition climat Montréal

Concert’Action-Lachine

Groupe de recommandations et d’actions pour un meilleur environnement (GRAME)

Revitalisation Saint-Pierre

Corporation de développement économique et communautaire (CDEC) LaSalle-Lachine

Photos