BC2- Portrait régional d’Eeyou Istchee

(Dans «2021-2022, Compilation, Projets novateurs en urbanisme, RU, Relève en urbanisme»)

Le Portrait régional du territoire traditionnel cri Eeyou Istchee est le fruit de l’un des mandats confiés à la Commission. Constituant la première étape de l’élaboration du Plan régional stratégique de l’utilisation des terres et des ressources, ce document dresse les dynamiques du territoire et de ses habitants. Il initie en même temps une plus large réflexion sur la pertinence de certaines compétences régionales en matière d’aménagement du territoire. 

Eeyou Istchee (« la terre du peuple ») est la terre ancestrale des Cris de l’est de la baie James ou des Eeyou/Eeenou. Comprenant un territoire de plus de 450 000 km2 situé entre le 48e et le 56e parallèle, Eeyou Istchee est le territoire de 11 Premières Nations cries et de 18 000 habitants. Au cours des dernières années, les Premières Nations cries ont obtenu des gouvernements du Québec et du Canada des pouvoirs et des responsabilités, notamment en matière de planification et de gestion de leur territoire et de leurs ressources. Pour l’accompagner dans l’application de certains nouveaux pouvoirs sur une partie de son territoire (les terres de catégorie II qui ne sont pas soumises à la LAU), le gouvernement de la nation crie a mis en place la Commission Eeyou de planification.

Consciente de devoir adapter l’exercice à la culture crie, la Commission et ses partenaires ont consacré plusieurs chapitres à la relation particulière qu’entretiennent les Cris avec leur territoire et les paysages significatifs qui le composent. On y distingue également chacune des communautés cries par des portraits soulignant les singularités de chacune d’entre elles. Le Portrait régional reconnaît également les priorités que sont les connaissances traditionnelles et l’utilisation de la langue crie. 

Plus largement, le Portrait régional et son énoncé de vision, écrits collectivement, proposent un plan d’action tangible pour permettre une gestion équitable et inclusive d’Eeyou Istchee en faveur des communautés qui y habitent, ainsi que des mécanismes d’appropriation de la documentation par les personnes concernées.

Le comité de sélection a particulièrement apprécié la nature évolutive de la documentation associée au Portrait régional du territoire traditionnel cri Eeyou Istchee. Son usage d’une méthodologie différente expérimente une approche distincte du modèle de planification québécois régi par la LAU, en vue d’être utilisée par d’autres communautés autochtones. Dans cette perspective, présenter ce projet à un plus large public, en reconnaissant sa grande valeur, était une évidence pour le comité de sélection.

Défis, retombées et enseignements – complément d’informations à la Compilation 2021-2022

Parmi les défis rencontrés pour ce projet, l’envergure du territoire et de l’échelle d’analyse à mener ont été majeurs, par exemple, la présence de multiples zones écologiques ainsi que les différences culturelles entre les communautés à traduire en enjeux de développement distincts. 

Le contexte législatif unique de ce territoire fut un deuxième défi. La gouvernance d’Eeyou Istchee est complexe. Elle implique plusieurs paliers de gouvernement en plus d’être régie par plusieurs ententes qui procurent des pouvoirs et responsabilités aux communautés, au Gouvernement de la Nation Crie et au Gouvernement régional d’Eeyou Istchee Baie-James variant selon le découpage du territoire en terres de différentes catégories. Ce système ancré dans un modèle occidental n’est pas adapté au contexte autochtone.

Considérant les défis rencontrés et le travail produit, il est apparu crucial d’entamer une réflexion quant au développement d’outils d’aménagement et de conservation du territoire adaptés au contexte des territoires non organisés tels qu’Eeyou Istchee. Pour réconcilier protection et développement, il est également essentiel d’adopter de nouvelles approches d’analyse intégrant plusieurs perspectives (urbanisme, architecture de paysage, géographie, biologie, anthropologie et histoire) pouvant permettre la mise en œuvre de solutions plus équitables, créatives, efficaces et durables.

Ce portrait est la première étape d’un processus d’exploration de nouveaux outils de planification visant ultimement à développer les capacités et potentiels d’autogouvernance des communautés Cries dans la gestion durable de leur territoire. Ceci se traduit notamment par la priorisation des connaissances et savoirs Cries, par des mesures pour diminuer les barrières à l’appropriation Crie du document, par la mise en place d’un lexique d’acronymes et l’attention particulière accordée au design graphique et à l’utilisation de figures pour simplifier des sujets complexes.

Urbaniste(s) impliqué(s) et autres ressource

  • Brochu-Hébert (Sarah-Anne), urbaniste, Gouvernement de la Nation Crie, permis 1575
  • Hatab (Haya), urbaniste stagiaire, Groupe BC2, permis 7233
  • Côté (Kiana), urbaniste stagiaire, Groupe BC2, permis 7292

Professionnel.les en aménagement impliqué.es

  • Beck (Christopher), Gestionnaire de l’aménagement du territoire, Gouvernement de la Nation Crie, maîtrise en étude de l’environnement (Université York) et baccalauréat en sociologie (Université McGill)
  • Labrecque (Jessica), chercheure en aménagement du territoire, Gouvernement de la Nation Crie, maîtrise en géographie humaine (Université McGill) et baccalauréat en développement international et environnement (Université McGill)
  • McDonald (Marie-Pierre), architecte de paysage, Groupe BC2, maîtrise en architecture (Université McGill) et baccalauréat en architecture du paysage (Université de Montréal)
  • Paquet (Maxime), géomaticien, Groupe BC2, maîtrise en géographie, profil professionnel en aménagement du territoire et systèmes d’information géographique (Université du Québec à Montréal) et baccalauréat en urbanisme (Université du Québec à Montréal)
  • Beauchamp (Caroline), géomaticienne, Groupe BC2, baccalauréat en géographie environnementale, spécialisation environnement physique (Université de Montréal)
  • Racine (Vincent), designer urbain, Groupe BC2, maîtrise en urbanisme et développement urbain (Université Ryerson) et baccalauréat en sciences de l’environnement et économie (Université McGill)
  • Grout-Brown (Frances), professionnelle en aménagement, Groupe BC2

Organismes ayant mené le projet

Groupe BC2 et Eeyou Planning Commisssion

Documents

Pour des villes à échelle humaine – Outils et Études  de la vie dans les espaces Publics (ÉVEP)

Pour des villes à échelle humaine – Outils et Études  de la vie dans les espaces Publics (ÉVEP)

Contexte et démarche (projet réalisé de novembre 2020 à mars 2021)

Si les chiffres sur la circulation automobile sont connus, paradoxalement, on dispose encore de peu de données sur les déplacements à pied et à vélo ou sur la manière dont les espaces publics sont réellement utilisés par la population. L’étude de la vie dans les espaces publics (ÉVEP), une méthode associée à une série d’outils standards (par exemple la cartographie des activités stationnaires), permet aux décideurs et aux professionnels de baser leurs interventions d’aménagement sur des données fiables.

Les ÉVEP sont utilisées depuis plus d’une décennie au Québec par des municipalités, organisations et professionnels pour favoriser des actions de transition écologique et créer des villes à échelle humaine. La récente publication du CEUM, Récolter des données pour bâtir des villes à échelle humaine – Revue et mode d’emploi des études de la vie dans les espaces publics au Canada, trace un portrait de dix cas de parcs, rues, centres-villes et quartiers mettant de l’avant l’ÉVEP comme outil de planification. Cette publication complète le guide des outils d’observation lancé en 2019 sur la plateforme https://www.lesespacespublics.com, en partenariat avec le GEHL Institute.

Résultats obtenus

La publication présente :

  • un plaidoyer pour la récolte de données à échelle humaine ;
  • des définitions pour comprendre la vie dans les espaces publics ;
  • dix études de cas ;
  • un guide pratique issu de témoignages de professionnels.

Par ailleurs, à l’occasion du lancement de cette publication, à l’hiver 2021, trois évènements ont permis à quelque trois cents participants de se familiariser avec ces méthodes et leur utilisation.

Une conférence s’est tenue sur comment certaines villes réussissent à adapter leurs espaces publics pour faire face aux défis du 21e siècle, tels que les changements climatiques et la densification des centres-villes, particulièrement dans le contexte sanitaire actuel. Cette conférence était animée par Birgitte Svarre, directrice et cheffe d’équipe chez GEHL Architects, leader mondial dans ce domaine.

Un webinaire visait également à exposer certaines des analyses de cas avec la contribution de Marie-Hélène Armand, conseillère en aménagement à la Ville de Montréal. De plus, cette dernière a expliqué comment les données des ÉVEP y sont utilisées.


Enfin, mentionnons la formation offerte à vingt-deux professionnels, qui ont testé ces outils à la place Shamrock (arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie).

Urbanistes impliqués

Julien Voyer, urbaniste stagiaire # 7312
Mikael St-Pierre, urbaniste à l’emploi du Centre d’écologie urbaine de Montréal (CEUM).

 

Organisation ayant mené le projet

Centre d’écologie urbaine de Montréal

Documents

 

Diagnose de la santé des villes

Diagnose de la santé des villes

À l’image des outils d’études d’impact sur l’environnement (les approches multi couche superposées les unes aux autres), cette approche permet de superposer plusieurs indices de qualité de vie et d’observer la résultante sur les niveaux de santé des habitants.


L’approche

Le modèle fut présenté en 2008 au congrès de l’institut canadien des urbanistes à Winnipeg et ensuite en 2011 à l’événement « World Ecocity » qui avait lieu à Montréal à l’époque. J’ai également glissé ce modèle (ou cet outil de travail) entre les mains de différents fonctionnaires de la ville de Montréal lors du colloque international sur les changements climatiques organisé par la faculté d’aménagement de l’université de Montréal en 2013. La ville exemple pour ce modèle était la ville de Montréal. Le cumul des données ont été faits sur cette ville car elles étaient facilement disponibles à l’époque. En effet, les données de santé communautaires étaient colligées sous les anciens DSC (Départements de Santé Communautaires) et il était possible à l’époque de cartographier plein d’information par quartiers et ce sur toute l’île de Montréal. 

À l’image des outils d’études d’impact sur l’environnement (les approches multi couche superposées les unes aux autres), cette approche permet de superposer plusieurs indices de qualité de vie et d’observer la résultante sur les niveaux de santé des habitants. J’avais colligé à l’époque tous les indices de qualité de vie dans toute la littérature des villes les plus avancées sur le sujet, mais rien ne me semblait complet.  Pour cette raison,  j’ai pris le modèle du corps humain pour regarder la ville sous un autre angle et d’un peu plus près.

Comment ça fonctionne?

Cette approche, que je qualifie de systémique, propose un modèle holographique à celui du corps humain afin de définir l’état de santé de la ville. Il transpose les organes du corps humain en organes de la ville. À la manière des médecins, les urbanistes sont invités à colliger les différents résultats de tests sur le territoire, tests qui leur donnera les ratios de santé « terre-eau-air-feu » de la ville. La présentation Power Point intégrale de ce modèle est en anglais parce que les deux congrès pour lesquels elle a été préparée étaient de nature pancanadienne et internationale. De plus, les données sont d’origine et ne compilent pas les données les plus récentes (champs électromagnétiques et ceux de la 5G). Le processus de révision des données de ce modèle devrait se faire à mon avis à tous les 5 ans et aux mêmes dates que le recensement fédéral. Il obligerait une modification des façons de faire statistiques du ministère de la Santé Publique. Ces dernières seraient redistribuées par quartiers comme c’était le cas à l’époque. Voici une référence exemple du document.

Il va sans dire que ce modèle va au-delà des limites « politiques » des villes puisque toutes les données apparaissent dans leur nature la plus franche. Étant donné ce contexte, il serait souhaitable d’inclure ce modèle dans les schémas d’aménagement des grandes agglomérations urbaines. De plus, il est possible d’y introduire des données plus raffinées selon les besoins de l’utilisateur municipal.

Marie-Louise Roy, architecte et urbaniste

Cette recherche s’est étalée sur plusieurs années. De plus, toutes les informations issues de cette dernière ont vraiment pris forme lorsque j’ai assisté au Colloque sur les « Villes et villages en santé » au lac St-Jean. C’est là que j’ai rencontré pour la première fois le Dr Réal Lacombe (décédé en 2016); Il militait à l’époque pour mettre en place le réseau de villes et villages en santé dans tout le Québec. Je lui ai parlé de mes recherches sur les « indices » de qualité de vie des municipalités, lui montrant le modèle que j’avais développé au fil de mes recherches. Encouragée à poursuivre dans ce sens par Dr Lacombe, j’ai donc développé le présent diagnose de la santé des villes. J’ai aussi eu la chance de tester ce modèle et de le peaufiner par le biais d’une charge de cours (atelier pratique)  à la faculté d’aménagement (U de M.) au niveau de la maîtrise. Plusieurs étudiants venaient de pays étrangers francophones et cela rendait la démarche enrichissante dans le contexte d’une éventuelle approche internationale.

Urbaniste impliqué

Marie Louise Roy (no. 267)

Organisation ayant mené le projet

Marie Louise Roy architecte et urbaniste, M.Sc.A.Env.

Courriel: marielouiseroy@videotron.ca

Partenaires du projet

Jean-Pierre Desjardins, enseignant UQAU

Valérie Steppan, support informatique

Documents

Chroniques radio : ça marche doc!

LIENS CAUSAUX ENTRE LA SANTÉ ET L’AMÉNAGEMENT URBAIN
© Anaïs Labbé, 2017.

La santé publique est l’une des considérations récurrentes dans les théories développées par les urbanistes. Alors qu’au XIXe siècle, elle concernait avant tout les équipements sanitaires et les rejets industriels, les praticiens d’aujourd’hui reconnaissent le rôle que jouent les aménagements urbains dans les pathologies associées au style de vie, telles que les problèmes d’obésité, les maladies cardiopulmonaires provoquées par les polluants générés par les transports ou encore certains troubles de la santé mentale. Afin de sensibiliser la population à l’impact de l’aménagement de leur milieu de vie sur la santé, les établissements de santé du grand Québec-Lévis (CIUSSS de la Capitale-Nationale, CISSS de Chaudières-Appalaches, CHU de Québec-Université Laval, Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec – Université Laval) et l’INSPQ-Fonds vert ont collaboré pour réaliser une série de chroniques radiophoniques, associées à des marches exploratoires.

L’aménagement urbain comme outil de prévention en santé publique

Les chroniques diffusées hebdomadai-rement sur les ondes de Radio-Canada ont donné la parole à des médecins de diverses spécialités ainsi qu’à des experts des disciplines de l’aménagement, dont des urbanistes, aménagistes et architectes afin de vulgariser différents enjeux de santé publique liés au milieu de vie. Afin d’appuyer par du concret les discussions radiophoniques, des marches ont été organisées pour illustrer les différentes thématiques abordées dans les émissions. La couverture médiatique du projet Ça marche Doc! a permis de rejoindre un public estimé à 300 000 personnes, en plus des 8000 visites au site Web du projet et des 500 participants aux marches. La visibilité de ce projet de sensibilisation a par ailleurs incité divers acteurs du milieu (dont l’OUQ) à travailler à un projet de Politique d’intégration de la santé préventive en aménagement urbain.

À la suite du succès de Ça marche Doc!, une deuxième phase a vu le jour à l’automne 2017, cette fois à la télévision. Une série de 24 émissions de 28 minutes est actuellement diffusée sur MATv (télévision communautaire), grandement inspirée des chroniques radiophoniques. Les marches sont toujours au programme et seront directement ajoutées au contenu des émissions. Les émissions, de par leur durée plus importante que celle des émissions radiophoniques, permettent de présenter de bonnes pratiques à l’écran et de rejoindre un public plus large.

CONTACT

Johanne Elsener
Conceptrice et coordonnatrice du projet

Système d’évaluation en développement durable de Brossard

TRANSFORMER UNE BANLIEUE EN VILLE URBAINE DURABLE
© Devimco, 2017.

Brossard est en effervescence : de nombreux projets de développement et de redéveloppement majeurs sont amorcés sur l’ensemble du territoire, sans compter les projets d’intérêt régionaux que sont le REM et le nouveau pont Champlain! La Ville a donc voulu saisir l’opportunité qui se présentait afin de repenser la conception des projets tout en s’assurant que ceux-ci contribuent davantage au développement durable de son territoire. La technique usuelle d’un PIIA permet d’assurer un encadrement qualitatif des projets selon des critères d’implantation et d’intégration architecturale, mais ne permet pas d’encadrer l’impact environnemental de ces projets sur leur milieu d’insertion. La recherche d’un mécanisme d’évaluation des projets le permettant s’est imposée.

Le SEDD, un levier pour le redéveloppement durable de Brossard

Il est rapidement devenu évident que les processus de certification existants étaient mal adaptés à la résolution des problématiques affectant spécifiquement la banlieue. Parallèlement, il importait d’intervenir au moment de la conception des projets et de permettre aux acteurs que sont le CCU et le conseil municipal de bénéficier d’un outil d’aide à la décision. Ce constat a amené la Ville de Brossard à mettre en place son propre système d’évaluation, en complémentarité avec les différents outils réglementaires déjà en place.

Au terme d’un processus de réflexion et de recherche, le nouveau Système d’évaluation en développement durable (SEDD) a été élaboré conjointement par la Ville de Brossard et Lemay. Inspiré du LEED-AQ, l’outil est adapté au contexte d’une ville de la périphérie de Montréal et de ses problématiques particulières.  Le SEDD a pour but d’amener les promoteurs à revoir leurs pratiques, afin qu’ils conçoivent leurs projets en intégrant davantage les principes du développement durable. La grille d’évaluation d’un projet comprend divers crédits. Les promoteurs ont la liberté de choisir ceux sur lesquels ils souhaitent concentrer leurs efforts, tant qu’ils respectent le seuil minimal prescrit. Les crédits clairement identifiés et répartis dans cinq catégories (lotissement, implantation, architecture,  aménagement de terrain et participation citoyenne) ont été insérés à même le règlement sur les PIIA, dans les rubriques auxquelles ils sont rattachés. Ce système est une première au Québec, et quelques mois seulement apres son adoption, des modifications dans les façons de faire ont déjà été observées et des solutions novatrices ont été proposées, ce qui lui annonce un avenir très prometteur!

CONTACTS

Marie-Claude Aubin, urbaniste
Associée et directrice planification urbaine, Lemay

Marianne Desfossés, urbaniste 
Chargée de projets à la ville de Brossard